Parliamo:

Scrivici su WhatsApp

+39 335 705 9564

ICAAOU | Coltivazione domestica marijuana

Cannabis à la Maison : Quand la Culture Devient Légale ?

Dans le paysage juridique italien, la question de la culture domestique du cannabis a été redéfinie grâce à l’intervention des Sections Unies de la Cour de Cassation. Ce qui ressort de cette décision, c’est que la culture domestique du cannabis n’est plus considérée comme un crime en Italie. Cela signifie que quiconque, qu’il s’agisse d’un individu, d’un parent ou d’un ami, faisant l’objet d’une enquête ou d’une procédure pénale pour avoir cultivé une petite quantité de cannabis à usage personnel, a désormais la possibilité de se défendre en justice et de démontrer que cette conduite ne constitue pas un crime.

Quand Peut-on Parler de Culture Domestique de Cannabis ?

Selon les Sections Unies de la Cour de Cassation, plusieurs éléments clés indiquent l’existence d’une culture domestique de cannabis :

  1. La culture doit être de petite taille, ce qui suggère que la quantité de stupéfiant produite est destinée à un usage personnel et non à la vente.
  2. La production de la substance doit se faire par des techniques rudimentaires, car une culture professionnelle constitue un fort indice de production à des fins autres que strictement personnelles.
  3. Il s’agit d’un nombre limité de plantes cultivées, tenant compte de la quantité de stupéfiant pouvant être obtenue à partir de ces plantes.
  4. La quantité de stupéfiant pouvant être obtenue de la culture doit être modeste.
  5. Il ne doit y avoir aucun autre indicateur suggérant une implication sur le marché des stupéfiants.

La Cour de Cassation a laissé une certaine marge de manœuvre à l’Autorité Judiciaire dans l’évaluation de ces éléments, évitant d’établir des critères stricts concernant le nombre de plantes ou la quantité de stupéfiant pour qualifier une conduite de culture domestique de cannabis.

La Culture Domestique de Cannabis est-elle un Crime en Italie ?

Non, et c’est là le point crucial de la décision des Sections Unies de la Cour de Cassation. Le point de départ fondamental pour comprendre pleinement cette décision est que l’usage personnel de substances stupéfiantes, réglementé par l’article 75 du décret législatif 309/90, n’est pas considéré comme un crime en Italie, mais plutôt comme une infraction administrative.

Cependant, la culture domestique de cannabis ne peut pas être assimilée à l’usage personnel de substances stupéfiantes. Contrairement à l’article 73 du décret législatif 309/90, l’article 75 ne mentionne pas la culture à des fins personnelles comme une conduite répréhensible, se concentrant plutôt sur l’importation, l’exportation, l’achat ou la détention de substances stupéfiantes. Par conséquent, la culture domestique de cannabis n’est pas considérée comme un crime en Italie.

Différence entre Culture Domestique de Cannabis et Détention de Substances Stupéfiantes à Usage Personnel

Bien que ces concepts soient souvent considérés comme interchangeables, il existe une différence significative entre la culture domestique de cannabis et la détention de substances stupéfiantes à usage personnel.

La culture domestique de cannabis n’est pas considérée comme un crime, les sanctions administratives prévues pour l’usage personnel de stupéfiants en vertu de l’article 75 du décret législatif 309/90 ne s’appliquent donc pas automatiquement.

Cependant, si une quantité significative de stupéfiant est issue de la culture domestique de cannabis, les sanctions de l’article 75 du décret législatif 309/90 pour la détention de stupéfiant à usage personnel peuvent être appliquées.

Quand la Culture Domestique Dépasse les Limites

Si la culture de cannabis dépasse les limites pour être considérée comme domestique mais produit néanmoins des quantités limitées de stupéfiant, une évaluation minutieuse des circonstances spécifiques est nécessaire.

Dans un tel cas, le rôle d’un avocat expérimenté en matière de stupéfiants devient essentiel. L’avocat peut chercher à appliquer les motifs d’exclusion de la responsabilité prévus à l’article 131 bis du Code pénal en cas d’insignifiance particulière de l’infraction. Cet article permet d’exclure la responsabilité pour des infractions passibles d’une peine d’emprisonnement maximale de cinq ans ou d’une amende lorsque l’infraction est particulièrement insignifiante et que le comportement n’est pas habituel.

De plus, même en cas de culture de stupéfiants dépassant les limites de la culture domestique mais non attribuable à une infraction plus grave, la disposition autonome prévue au paragraphe 5 de l’article 73 du décret législatif 309/90 peut être appliquée, prescrivant des sanctions plus légères pour des infractions mineures liées aux stupéfiants.

Pourquoi Consulter un Avocat Expérimenté en Culture Domestique de Cannabis ?

La détention de substances stupéfiantes est un domaine juridique complexe soumis à des changements constants. Consulter un avocat ayant une expérience spécifique en matière de culture domestique de cannabis est essentiel pour traiter rapidement toute procédure pénale éventuelle.

Les frontières entre la culture relevant du droit pénal et celle qui n’en relève pas sont floues, et un avocat spécialisé dans les stupéfiants peut fournir des conseils compétents. Il est conseillé de s’appuyer sur un avocat expérimenté en culture domestique de cannabis qui comprend pleinement la question juridique et peut élaborer la meilleure stratégie de défense pour le cas spécifique dès le début.